Contexte
« La guerre des McMahon a eu raison de la WWE. Stephanie McMahon a bien tenté de reprendre le contrôle mais son allié Val Venis a causé sa perte. Chris Jericho est arrivé en sauveur et The Best in the World at what he does a repris les actifs de Stephanie McMahon pour ensuite fonder la W³, World Wide Wrestling. »  
Lire la suite.
    
World Wide Wrestling © Hadès
efed gratuite à activité et/ou speech

Partagez | 
 

 Bram vs The World #1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nombre de messages : 15
Date d'inscription : 30/12/2015
avatar


Tony Schiavone : On m’annonce donc que nous avons un segment à vous diffuser durant le premier pré-show du premier Fallout. Ça en fait des premières ce soir, Booker.

Booker T : Ca me rappelle la première fois que je me suis tapé une meuf. Ah c’était le bon temps ça.

Tony Schiavone : Merci mais non merci, Booker. On nous montre donc JBL qui entre dans un pénitencier et le nouveau grand manitou de l’E.W.A se dirige vers l’accueille pour faire face à l’un des surveillants. Ils se regardent longuement avant que JBL ne prenne la parole.

John Bradshaw Layfield : Ecoute-moi bien toi, je n’ai pas de temps à perdre. Je viens chercher deux hommes qui doivent être libérés le plus tôt possible. J’ai payé pour leur liberté et tous les papiers de libération sont en règle alors ne me fais pas chier.

Surveillant : Vous venez chercher qui ?

John Bradshaw Layfield : Bram et Gunner. Tu n’as pas regardé Holy Christmas ou quoi ?

Surveillant : Je ne m’y connais pas très bien en Hockey. Pour Bram et Gunner, je vois qu’ils ont été condamnés pour violences sur leur conjointes, vol à main armé et même meurtre.

John Bradshaw Layfield : Ils ont juste tué un noir. C’est un fait divers aux Etats-Unis.

Surveillant : Bref, un de mes collègues va venir vous voir bientôt et vous emmènera à la cellule de Bram puis de Gunner afin que nous les libérions. Une fois en dehors de ce bâtiment, ils seront sous votre entière responsabilité et s’ils venaient à commettre d’autres méfaits, vous seriez tenus pour responsable.

John Bradshaw Layfield : Abrège ton charabia et amené-moi les voir.


Booker T : Un homme arrive donc avec un trousseau de clef a la ceinture et il fait signe a JBL de le suivre. Ils passent donc à travers un endroit pour contrôler les objets métalliques se trouvant sur JBL. Le détecteur ne bip pas et JBL continue son chemin avec le surveillant devant lui. Ils passent d’ailleurs devant de nombreuses autres cellules. J’suis quasiment sûr qu’il y a des violeurs dedans. Ça ne m’étonnerait même pas que Bram et Gunner se soient occupés l’un de l’autre.

Tony Schiavone : Il y a des enfants qui nous écoutent, Booker. Alors arrête de dire des choses comme ça. C’est tout simplement répugnant.

Booker T : Répugnant quoi ? L’homosexualité ? Ça, c’est sûr que c’est sale ce genre de chose.

Tony Schiavone : Bref.. JBL continue de suivre l’homme de sécurité jusqu’à ce qu’ils s’arrêtent devant une cellule ou un homme avec des cheveux longs et une barbe se tient la tête. JBL l’observe un instant puis s’adresse à l’homme de sécurité.

John Bradshaw Layfield : C’est bien lui Bram ?

Surveillant : Affirmatif.

Booker T : Bram relève sa tête au moment où l’homme de sécurité répond et se levé pour se diriger vers les barreaux et observer JBL.

Bram : T’es qui toi ?

John Bradshaw Layfield : John Bradshaw Layfield, actuel propriétaire de l’E.W.A. Je viens de payer ta caution pour que tu sortes de la et pour que tu travailles pour moi évidemment.

Bram : Et si je veux pas bosser pour toi ?

John Bradshaw Layfield : Ai-je omis de te dire que Gunner viendra lui aussi et que je vous laisserai carte blanche par rapport aux violences sur mes ennemis.

Bram : Tu commences à m’intriguer, le Texan. Passe-moi les clefs que je me tire de la et je bosserai pour toi. J’espère juste que tu payes bien.

John Bradshaw Layfield : L’argent n’est pas un problème pour quelqu’un comme moi donc tu seras payé si tu fais correctement ton boulot.

Bram : Je commence quand, Chef ?

John Bradshaw Layfield : Dès cette semaine en mettant en pièce AJ Styles. Il possède la mallette du Money In the Bank mais je n’ai aucune envie de voir un idiot pareil avec le titre majeur de ma fédération.


Bram : Styles ? C’est qui ce gars-là ? Il croit qu’il a du style ou quoi ? Les gens qui ont besoin d’un pseudo pour cacher leur véritable identité. Ils se prennent pour Iron Man ou quoi ? On sait tous que Tony Stark est Iron Man mais il se cache toujours son masque. Bram, c’est tout simplement mon surnom de criminel. Un nom qui va bientôt hanter les nuits de mes ennemis car ils vont comprendre que je suis la définition même de la violence. Styles sera donc ma première victime. Un simple petit gars qui pense qu’il a son chemin tout tracé vu qu’il a une mallette avec un contrat lui donnant un match pour le titre mondial. Hahaha. I am afraid I have some bad news for you. Son contrat, je vais le déchirer et le réduire en pièce. Tout ce qu’il fera avec ensuite, c’est essuyer ses larmes. Il aurait mieux fait d’éviter de monter sur le même ring que moi plutôt que de se croire supérieur à « The Motherfucker » Bram ! J’en ai baisé des femmes, j’ai même peut-être bien baisé la sienne. Je vais pas pour autant lui faire connaitre le même sort mais une chose est sûre, je vais le rekt complètement. Je vais lui exploser ses deux pattes pour qu’il se mettent à ramper vers moi. Il me suppliera certainement de l’épargner. Guess what.. Rien à branler de la pitié. Je suis pas un de ces faibles qui lâchent les armes pour ne pas faire du mal aux gens. Je suis un fils de pute. Un mec violent et j’aime briser les os.

John Bradshaw Layfield : Bien qu’étant très vulgaire et pas forcement très intelligent, ta rage et ta violence me seront certainement très utile. Encore plus lorsque ton grand ami, Gunner, viendra nous rejoindre.

Bram : Je suis quasiment sur que lui aussi sera ravi de pouvoir mettre à terre cet AJ Styles. C’est censé vouloir dire quoi ? Ajout Journalier de testostérone ? Afin que Styles voit enfin ses couilles pousser ? A moins que ce ne soit Avale ma Jolie. Toute tourne autour de l’homosexualité autour de lui donc. Comment ça se fait que l’on tolère un truc pareil dans cette fédération. Ou sont donc passé les vrais bonhommes ? Qui a permis à un pd de rejoindre cette fédération.

John Bradshaw Layfield : Encore un sale coup de Steve Austin qui avait bien compris que cette fédération ne lui appartiendrait plus pour très longtemps et il s’est dépêché de me la pourrir en mettant des monstres dedans.

Bram : Des monstres ? Qui a encore peur des monstres de nos jours ? Je vais le réduire a l’état de légume ce monstre. Parce qu’il n’y a que les gamins qui y croient encore aujourd’hui tandis que je les anéanti les monstres moi. MONSTER KILL. Hahaha. J’veux pas que ta fédération, la E.W machin, tombe aux mains d’un gay. Ça ferait franchement mal de voir ce genre de choses dominer quelque chose d’important dans ce monde. Y’a que les vrais bonhommes qui devraient occuper ce genre de boulot. Les autres trucs dégueu et qui sont différents de nous ne devraient plus exister. On devrait créer des chambres à gaz comme ce bon vieux Hitler et tous les foutre dedans pour les observer périr de leur belle mort. Je peux d’ailleurs faire en sorte qu’AJ Styles se retrouve dans l’une de ces chambres sous peu. Il suffit de lui foutre un autre gay dedans et il va accourir.

John Bradshaw Layfield : Ca me fera un monstre en moins. Bon, ouvrez-lui sa cellule. Il me plait bien ce gars-là.

Tony Schiavone : L’homme de sécurité s’exécute et ouvre donc la porte à Bram, après s’être assuré qu’il avait bien ses menottes aux poignets. Ils le font ensuite avancer dans les couloirs du pénitencier.

Bram : Et on m’enlève ces menottes quand ? Ça commence sérieusement à me faire chier de ne pas pouvoir être libre de mes mouvements. D’autant que j’ai la furieuse envie de cogner quelqu’un en ce moment. J’avais un gentil colocataire dans ma cellule avant mais sa tête me dérangeait tellement que j’ai fini par décider de lui refaire moi-même le portrait. Ça n’a pas été du gout de l’administration qui m’a foutu seul dans ma cellule. Y’avait bien Gunner qui se trouvait dans la cellule d’en face mais ils l’ont fait changé d’emplacement quand on a commencé à planifier l’assassinat du directeur de la prison. C’était à cause de Jake, son colocataire, qui a beaucoup trop ouvert sa gueule. Gunner l’a mis au silence lui aussi et on l’a envoyé dans une autre section. Loin de moi. Beaucoup trop loin mais la bonne nouvelle est que nous allons être bientôt être enfin réuni. Et nous aurons carte blanche pour mener à bien notre envie de détruire et de violenter ceux qui ne se soumettront pas.

John Bradshaw Layfield : Qui ne se soumettra pas à moi. N’oublie pas que vous serez sous mon contrôle et sous celui de Sir Wade Barrett, mon acolyte. D’autant que vous aurez un autre camarade dans The Empire, Corey Graves.

Bram : Connais pas ce gars-là mais il n’a pas intérêt à nous faire chier car on aura aucun problème à lui faire comprendre que l’on se fout pas de notre gueule.

John Bradshaw Layfield : Il ne vous posera pas de problèmes. C’est un homme intelligent, mon plus fidèle disciple et je suis sûr que vous vous trouverez de nombreux points communs.


Bram : Ah ouais ? Il a tué des gens lui aussi ? Il a violé des femmes ? Il a tabassé des gens ? Ton gars n’a pas fait un tiers de ce que Gunner et moi avons fait. Il est juste resté sage pendant que nous foutions la merde et que nous violentions le reste du monde. Il a bien de la chance de se retrouver de notre côté car on se serait certainement occupé de lui comme nous allons nous occuper du roster entier de ta fédération. Il n’y aura pas une personne que nous laisserons sain et sauve. Juste des gens que nous allons nous amuser à tabasser car c’est quand même bien drôle de briser les gens. De les voir le visage défiguré, nous suppliant de ne pas continuer à les violenter. Ils nous prennent pour qui ? Des bonnes sœurs ou quoi ? Nous sommes pas là pour faire l’aumône ou pour la charité ? Nous sommes là pour casser des gueules et des egos. Nous sommes là pour faire comprendre que Gunner et Bram vont marcher sur tous ceux qui oseront se foutre en travers de notre chemin. Tout simplement parce que nous sommes des Fuckers. Des putains de Dickhead qui ont décidé de faire suer le monde entier.

John Bradshaw Layfield : Tant que tu suis mes directives, tu pourras jouer avec tes adversaires.

Bram : J’espère bien. Je ne suis pas sorti de cette prison pour rester dans mon coin à observer les autres se foutre sur la gueule sans participer. Styles sera le premier a gout à la rage d’un ancien taulard. La rage d’un gars qui n’a pas cogné depuis bien longtemps. Tout ça parce que j’étais trop dangereux pour sortir de ma cellule. Ils m’ont même enlevé toutes sortes d’objets du quotidien parce que je pouvais m’en servir pour en faire une arme mortelle. Hahaha. Gonna be fun to face Styles. Ce gars s’attend très certainement à avoir un adversaire simple. Le genre de gars qui ne sait pas trop quoi faire sur un ring car c’est son premier combat. J’suis pas ce gars-là. Moi, j’suis le genre de gars qui n’a pas besoin d’un ring pour cogner. Il me suffit juste d’un punchingball et j’ai de quoi me faire plaisir. La bonne nouvelle pour moi est que j’aurai le droit à un punchingball dernier cri. Le genre de punchingball qui est tellement performent qu’il reproduit des performances humaines et ce punchingball sera AJ Styles.

Booker T : Bram se met à rire et ils continuent tous leur route vers la cellule de Gunner. Une fois devant, Bram lui gueule dessus.

Bram : Hey connard, bouge-ton cul. On se tire de là.

Gunner : Qu’est-ce que tu fous en dehors de ta cellule toi ?

Bram : Je nous ai trouvé un copain qui a décidé de nous sortir de la en échange de certains services.


Gunner : C’est quoi ces services ?

Bram : Suffit de cogner.

Gunner : Fallait le dire plus tôt. Sortez-moi de là.

John Bradshaw Layfield : Vous avez compris ? Ouvrez cette cellule.

Tony Schiavone : Le surveillant ouvre donc la porte de la cellule de Gunner, et comme pour Bram, vérifie qu’il a bien ses menottes aux poignets. Ils se mettent ensuite donc à se diriger vers la sortie alors que Bram et Gunner abordent un grand sourire a l’idée de retrouver leur liberté. Ca coupe sur ces images.

Booker T : Pas sûr que JBL ait eu une bonne idée en libérant ces deux-là. Ils m’ont l’air assez dangereux.

Tony Schiavone : JBL sait ce qu’il fait alors ne doute pas de lui.

Booker T : Le temps nous le dira.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nombre de messages : 15
Date d'inscription : 30/12/2015
avatar
HG : Premier speech avec Bram. Merci à JBL pour m'avoir permis d'utiliser son perso.

Les avis sont demandés !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Bram vs The World #1
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bram vs The World #2
» Bram vs The World #3
» CNN: Food prices rising across the world
» Vente Elysien Forge World (GI)
» Rock My World

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
World Wide Wrestling :: Archives :: Archives des anciennes fédérations :: E.W.A :: Ring de la E.W.A-